Pays-Bas : pas de soutien à l'interdiction du glyphosate EU en agriculture

Les Pays-Bas ne plaideront pas au sein de l'Union européenne en faveur d'une interdiction de l'utilisation du glyphosate dans l'agriculture, mais n'accepteront pas non plus une proposition visant à autoriser son utilisation pendant encore dix ans. Le ministre de l'Agriculture Piet Adema a déclaré que les Pays-Bas s'abstiendraient lors du vote à la fin de cette semaine (« vendredi 13 »). 

Cela signifie qu'il semble qu'il n'y ait pas de majorité qualifiée au sein du EU pour une interdiction ou une admission prolongée. Quelle que soit la décision, il faut qu'au moins 55% des pays EU, ainsi que 60% des résidents EU, soient d'accord. Il avait été annoncé précédemment que la Belgique s'abstiendrait également lors du vote, alors qu'il est déjà clair que l'Allemagne et l'Autriche voteront contre dans tous les cas. La France, Malte et le Luxembourg ne sont pas non plus favorables à la proposition de la Commission européenne.

Le ministre Adema affirme qu'en choisissant de s'abstenir lors du vote, il tient compte à la fois de l'avis scientifique du Ctgb (autoriser le glyphosate) et de la motion parlementaire visant à interdire son utilisation. Il affirme également que le gouvernement a demandé aux scientifiques de mener de nouvelles recherches supplémentaires sur les risques possibles pour la santé, comme la maladie de Parkinson.

Le ministre souligne également que les procédures européennes et néerlandaises prévoient que l'utilisation du glyphosate peut être immédiatement interdite s'il s'avère dans un avenir proche que des risques y sont associés.

Maintenant qu'aucune décision nuancée ne sera prise vendredi à Bruxelles, un nouveau vote suivra au sein de la commission de recours la semaine prochaine. Cela ne devrait pas donner lieu à d’autres opinions. La commissaire du EU, Stella Kyriakides, a déclaré la semaine dernière au Parlement européen qu'elle souhaitait ajuster la proposition uniquement sur quelques parties mineures.

S'il n'y a toujours pas de majorité qualifiée après la commission de recours, la Commission européenne est autorisée à prendre sa propre décision. Cela s'est produit il y a cinq ans (également lors de la précédente prolongation « temporaire »).

Ce n'est que s'il y a suffisamment de votes « qualifiés » contre que l'approbation du glyphosate expirera après 12 à 18 mois. Passé ce délai, plus aucun produit à base de cette substance active ne pourra être autorisé par les États membres.