EU veut se débarrasser du gaz russe et demande deux fois plus de biogaz aux agriculteurs

L'Union européenne veut réduire les importations de gaz russe des deux tiers dès cette année et cesser d'être dépendante des importations d'ici quelques années. C'est pourquoi la Commission européenne demande à l'agriculture des pays du EU de doubler au moins la production de biogaz dans les plus brefs délais. 

Le commissaire à l'énergie Kadri Simson et le commissaire au climat Frans Timmermans ont présenté mardi un "paquet énergie" au Parlement européen. Afin de ne plus avoir besoin du gaz russe, les citoyens et les entreprises du EU eux-mêmes doivent utiliser leur énergie de manière beaucoup plus économique et consciente. Les maisons et les bâtiments doivent également être rendus écoénergétiques à un rythme accéléré.

Non seulement les entreprises ou les centrales électriques au gaz fonctionnent sur Gazprom de Poutine, mais aussi le geyser et le chauffage central dans de nombreuses maisons. La décision du EU d'interdire le gaz russe sera donc également vécue de première main dans tous les pays du EU.

Les Pays-Bas ne dépendent « que » d'environ 15 % du gaz russe, mais d'autres pays du EU pour les trois quarts ou même plus. Par conséquent, un blocus complet de tout le pétrole et du gaz russes n'est pas possible. Tant qu'on arrête complètement d'en dépendre, c'est le raisonnement.

La Commission européenne voit plusieurs avantages à plus de biogaz. Il y a moins d'émissions de méthane pendant la production et le stockage. En outre, le biogaz réduit la dépendance aux combustibles fossiles et peut contribuer au verdissement de l'agriculture, selon la Commission européenne.

Les installations de biogaz constituent également une réserve de carburant stratégique, car elles peuvent être stockées de manière saisonnière et sont disponibles de manière flexible en cas de besoin. En tant que client majeur, l'industrie a également besoin d'une solution alternative rapide.

La Commission européenne souhaite que 35 milliards de mètres cubes supplémentaires de biogaz soient produits d'ici quelques années. C'est environ le double par rapport à 2015. L'année dernière, la production de biogaz aux Pays-Bas était de 221 millions de mètres cubes. Le biogaz peut fournir un nouveau revenu aux agriculteurs, dit-on.

L'organisation européenne du biogaz EBA affirme que la production de biogaz s'intègre bien dans l'agriculture circulaire. Selon l'EBA, les émissions de méthane provenant de l'agriculture peuvent être évitées si le fumier est utilisé pour la production de méthane. 

La « production supplémentaire de biogaz » est déjà l'un des critères que le commissaire à l'agriculture Janusz Wojciechowski a inclus dans ses évaluations des plans stratégiques nationaux (PSN) des 27 pays du EU. Selon des informations non confirmées, Wojciechowski présentera un "plan d'action agricole" dans deux semaines en réponse aux retombées de la guerre de la Russie contre l'Ukraine.