L’Union européenne fait le point sur les options de report des objectifs du Green Deal

CAMÉRA NUMÉRIQUE OLYMPUS

Le traditionnel discours annuel de la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, sur le secteur agricole n'a pas seulement frappé par les nombreux mots aimables qu'elle a prononcés à l'égard de « nos agriculteurs », mais surtout par ce qu'elle n'a pas dit.

Von der Leyen a déclaré que Bruxelles offrait au secteur agricole « une oreille attentive » et « un dialogue stratégique ». Ce que cela signifie concrètement dépendra principalement de ce que le commissaire Janus Wojciechowski et le nouveau chef du climat Maroš Šefčovič nous réservent pour la prochaine année et demie. Et c’est précisément avec de nombreuses étapes finales du Green Deal que le bât semble pincer.

Même si Von der Leyen a déclaré que sa Commission européenne s’en tiendrait au Green Deal, elle n’a ensuite rien dit sur la biodiversité, la production de la ferme à la table, le bien-être animal et la durabilité alimentaire.

En début de semaine dernière, le Financial Times, habituellement bien informé, rapportait (en avant-première du discours annuel) qu'un certain nombre de lois sur le climat et l'environnement annoncées et déjà en préparation seraient suspendues, et pourraient donc être reportées après les élections européennes. (juin 2024). Le journal économique anglais a basé cette proposition de report sur les déclarations de quatre diplomates du EU.

La Commission européenne envisagerait d'abandonner les nouvelles règles en matière de bien-être animal, même si la commissaire Stella Kyriakides a souligné à plusieurs reprises tant en commission de l'agriculture qu'en commission de l'environnement qu'elle présenterait cette proposition « plus tard cette année ».

Certaines parties des innovations annoncées sont déjà connues, comme l'interdiction de garder les animaux en cage, la limitation de la durée des transports de bétail et l'interdiction de tuer les poussins d'un jour.

Le fait que les bureaux de EU à Bruxelles travaillent désormais sur des listes de « report » ou d'« annulation » n'est pas seulement lié à la prochaine campagne électorale européenne, mais aussi aux longues listes de « choses à faire » des différents services EU.

De plus, après le départ de trois commissaires (Frans Timmermans, Margrete Verstager et Mariya Gabriel), les tâches et les portefeuilles doivent être transférés (lire : transmis) aux nouveaux venus à la Commission.

Depuis la semaine dernière, des rapports ont également été publiés en Espagne, l'actuel président du EU, sur l'annulation ou l'affaiblissement d'importantes lois agricoles. Concernant la réduction de moitié des produits chimiques dangereux dans l'agriculture, le ministre espagnol du LNV, Luis Planas, affirme qu'il a besoin d'au moins trois ou quatre réunions (mensuelles) de techniciens professionnels, ce qui retardera encore une fois la proposition.

Entre-temps, le ministre allemand du LNV, Cem Özdemir (Verts), a annoncé un nouveau compromis qui apporte plus de clarté sur l'objectif national obligatoire et sur une interdiction totale de l'utilisation « dans les zones écologiquement vulnérables ».

Les conséquences possibles de « l'écoute et du dialogue stratégique » de Von der Leyen ne sont pas à l'ordre du jour du conseil ministériel mensuel EU-LNV à Bruxelles lundi, mais devraient faire l'objet de discussions dans les couloirs informels.