Des millions du fonds de crise européen pour les dommages climatiques dans l'agriculture et l'horticulture

L'Espagne, le Portugal, la France et l'Italie ont appelé avec succès la réserve de crise du fonds agricole EU à Bruxelles mardi. En raison des perturbations climatiques, leur agriculture et leur horticulture sont aux prises avec une sécheresse sévère et des récoltes en partie ratées. La demande a été présentée par le Portugal et l'Espagne, qui a ensuite été soutenue par la France et l'Italie. 

Les agriculteurs et les horticulteurs d'autres pays EU (non encore nommés) qui subissent des dommages climatiques majeurs peuvent également être éligibles à une indemnisation. Cette dernière s'appliquerait non seulement à l'industrie du raisin et du vin, mais aussi à la culture des fruits dans certains pays. Ce schéma est en cours d'élaboration et sera annoncé prochainement.

Lors du conseil agricole mensuel LNV de mardi, le commissaire à l'agriculture Janus Wojciechowski s'est montré compréhensif pour la position difficile dans laquelle ces quatre pays, de différentes manières, se débattent depuis un certain temps. Par exemple, l'industrie viticole française manque d'eau de pulvérisation, et de vastes zones agricoles espagnoles souffrent non seulement de pénuries d'eau mais aussi de chaleur torride. Selon le ministre espagnol Luis Planas, pas un seul brin d'herbe ne pousse dans de grandes parties de son pays, et le bétail doit manger des aliments artificiels (achetés) toute l'année.

En Italie, les rivières sont presque à sec ; le fleuve Pô contient à peine quarante pour cent de l'approvisionnement en eau « normal ». En raison de la faible humidité, pratiquement aucune neige n'est tombée dans les montagnes italiennes l'hiver dernier, ce qui signifie que l'eau de fonte est désormais également absente.

Wojciechwski a déclaré que son département agricole avait été bombardé de demandes d'aide. Il a précisé que toutes les réclamations ne sont pas éligibles à une indemnisation. Il a déclaré que sur les 450 millions d'euros annuels du fonds de catastrophe pour cette année, il en reste environ 250 millions. Plus tôt cette année, Bruxelles a déjà accepté de verser des dommages-intérêts à cinq pays voisins de l'Ukraine, en raison des perturbations du marché causées par les corridors céréaliers.

En outre, les 27 pays du EU auront la possibilité d'activer les règlements de sinistres existants dans la nouvelle GB (qu'ils devront régler eux-mêmes), mais Bruxelles versera également plus rapidement un certain nombre de paiements et d'avances.