EU travaille sur une subvention pour des sols propres ; amende pour pollution

La Commission européenne estime que les sols des pays EU sont trop pollués, y compris les terres agricoles. Environ soixante pour cent ne sont pas suffisamment propres et sains. Ce phénomène doit être réduit d'ici 25 ans environ, également par les agriculteurs.

Mais le ministre néerlandais du LNV, Piet Adema, et nombre de ses collègues du EU ont encore été fortement critiqués lundi à Bruxelles. Ils craignent toutes sortes de nouvelles obligations.

Lors de leur Conseil agricole mensuel du EU, de nombreux ministres ont clairement indiqué que les conditions des sols de leurs pays EU étaient trop diverses pour élaborer une méthodologie unique. Ils ont cité des exemples tels que les sols argileux des pays côtiers ou les îles rocheuses polynésiennes et caribéennes des territoires européens d’outre-mer.

D'autres gestionnaires de sites et organisations paysagères, en revanche, font pression pour des accords contraignants, prévoyant notamment des amendes pour les pollueurs des sols.

En réponse aux commentaires des factions parlementaires, l'Adema avait précédemment déclaré « qu'il faut répondre aux besoins du sol ». Cela signifie que nous devons correctement nourrir et prendre soin du sol au lieu de nourrir et de prendre soin des cultures.

Après la réunion, il a nié être favorable à une agriculture plus biologique et à moins de produits chimiques dans l'agriculture et l'horticulture. «Je ne connais pas d'agriculteur qui ne se soucie pas d'un sol sain, surtout en combinaison avec une culture saine.»

Adema a souligné l'importance d'un sol propre et sain. "Cela produit plus de récoltes, vous avez besoin de moins d'engrais ou d'intrants, et cela entraîne également moins de pollution des sols et moins de lessivage des intrants."

Avec une version allégée d'une directive, Bruxelles veut commencer par des études de sol semestrielles obligatoires, aboutissant à un système d'enregistrement des sols et de déclarations de sols propres. Cela peut ensuite être combiné avec des subventions européennes pour les propriétaires fonciers et les utilisateurs agricoles. Cette philosophie des sols propres s’inscrit dans le cadre du Green Deal et de la ferme à l’assiette déjà présenté en 2020.

Le commissaire chargé de l'environnement, Virginius Sinkevicius, a souligné que la dégradation actuelle de l'état des sols entraîne également des dégâts et des pertes économiques considérables, notamment dans le secteur agricole. Il affirme que le EU prévoit d'utiliser des techniques satellitaires pour surveiller les conditions du sol.

Selon lui, il existe déjà plus de 3 millions de points contaminés connus dans le EU, alors qu'au cours des dernières années, même tous les pays EU n'ont pas effectué de mesures intensives ni tenu de registres.