L’Allemagne n’en fait pas assez pour la nature ; conservation et restauration nécessaires

La Cour de justice européenne a jugé que l’Allemagne n’en faisait pas assez pour protéger la nature. Les juges EU ont jugé que l'Allemagne avait violé ses obligations au titre de la directive Habitats. La Commission européenne peut désormais imposer des amendes de plusieurs millions à l'Allemagne si nécessaire

Concrètement, 88 zones de TP3T n’ont pas été désignées à temps comme zones protégées de TP3T pour la conservation des espèces animales et végétales. La Commission européenne avait alerté Berlin à plusieurs reprises et avait finalement porté l'affaire devant la Cour de justice. Cette condamnation constitue un coup dur pour les autorités allemandes et pourrait avoir des conséquences considérables sur la conservation de la nature dans le pays. 

Les conséquences de cette décision pour le secteur agricole allemand ne peuvent être sous-estimées. Beaucoup de ces 88 gebieden sont situés dans des zones rurales de gebieden où l’agriculture constitue une activité économique importante. Cette condamnation pourrait conduire à des réglementations et restrictions plus strictes sur les pratiques agricoles dans ces zones afin de restaurer et de préserver les habitats naturels.

Le gouvernement allemand sera probablement désormais contraint de prendre des mesures drastiques pour réparer les dommages causés à l'environnement. Cela peut inclure la restauration des terres agricoles dans leur état naturel d'origine, ce qui entraîne des coûts importants pour le secteur agricole.

Les environnementalistes et les défenseurs de la nature saluent l’arrêt de la Cour européenne de justice comme une victoire pour la nature et la biodiversité en Europe. Mais ils soulignent également que ce n'est que le début d'un processus à long terme visant à réparer les dommages causés aux habitats naturels et à la biodiversité de l'Allemagne.

L’une des causes de l’incapacité à désigner des zones protégées et du manque de mise en œuvre est le fait que certaines parties de la politique agricole et naturelle allemande relèvent du gouvernement fédéral de Berlin et d’autres parties (assez importantes) des gouvernements régionaux de seize Länder allemands. Quelque chose de similaire s'est produit il y a quelques années avec la politique allemande en matière d'engrais et de nitrates, que Berlin a dû adapter après une amende européenne de plusieurs millions.