Le tribunal EU condamne la Russie pour la répression en Transnistrie

La Cour européenne des droits de l'homme a condamné la Russie à verser des indemnités à deux habitants de la région de Transnistrie en Moldavie occupée par les troupes russes. Les deux hommes avaient été condamnés par un tribunal régional non reconnu pour déclarations anti-russes.

La Cour européenne a statué que la Russie, en tant que puissance contrôlant de facto la Transnistrie, est responsable des actions illégales des autorités séparatistes.

La Russie doit verser environ 40 000 euros de dommages et intérêts à Oleksandr Lypovchenko et Oleg Halabudenco, rapporte BalkanInsight. L'Ukrainien Lypovchenko a été arrêté en 2015 après avoir critiqué le régime de Transnistrie et condamné à trois ans et demi de prison par un tribunal non reconnu en 2016.

L'autre demandeur, Halabudenco, a la nationalité moldave et était, entre autres, professeur dans une université de Tiraspol. Il a été arrêté et emprisonné en 2016 pour avoir reçu un pot-de-vin d'un étudiant. Il a été libéré après avoir versé une caution, mais celle-ci a été révoquée par la suite. Entre-temps, l'homme avait quitté la Transnistrie et n'y est pas revenu parce qu'il avait peur du régime.

Les juges européens ont décidé que la Fédération de Russie devait verser 26 000 euros à Lypovchenko et 6 500 euros à Halabudenco à titre de dommages et intérêts, ainsi que 4 000 euros à chaque demandeur pour frais et dépens.

Cependant, la Russie a annoncé en mars 2022, peu après l’invasion militaire de l’Ukraine, qu’elle ne respecterait plus les arrêts de la Cour européenne des droits de l’homme.