AccueilInternationaleLa production de vin au plus bas en raison du mauvais temps

La production de vin au plus bas en raison du mauvais temps

Cette année, la production mondiale de vin sera la plus faible des soixante dernières années. La cause en est l’augmentation des conditions météorologiques extrêmes, tant dans l’hémisphère sud que dans l’hémisphère nord. 

L'Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV) estime que 244 millions d'hectolitres de vin seront produits cette année. C'est 7 pour cent de moins que l'année dernière. L'année dernière également, la production totale a été inférieure à la moyenne.

L’avant-dernière année très faible a été 2017, où la production s’est élevée à 248 millions d’hectolitres. Le niveau le plus bas était de 214 millions d'hectolitres en 1961.

Dans l’hémisphère sud, comme en Australie, en Argentine, au Chili, en Afrique du Sud et au Brésil, les vendanges sont de dix à trente pour cent inférieures à la normale.

Dans l’Union européenne, ce sont l’Italie, l’Espagne et la Grèce qui souffrent le plus des intempéries. La France est devenue cette année le premier producteur mondial de vin.

Ce n'est qu'aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande que la production a nettement dépassé la moyenne des cinq dernières années. L'Allemagne, le Portugal et la Roumanie ont également obtenu de bons résultats.

Outre la sécheresse, les vignobles de plusieurs régions du monde ont également été touchés par des gelées précoces et de fortes pluies.

L’OIV affirme qu’aucune pénurie de vin n’est à prévoir. La consommation de vin dans le monde est en baisse, mais les stocks sont importants dans de nombreuses régions, donc une récolte plus faible n'aura pas de conséquences majeures.

Populaire

Juste à l'intérieur