Nouvelle mission maritime EU contre la contrebande d'armes pour combattre en Libye

Une nouvelle mission EU, comprenant des navires et des avions, sera mise en place pour surveiller l'embargo des Nations Unies sur les armes contre la Libye. Les ministres des Affaires étrangères sont parvenus à l'unanimité à un accord politique à ce sujet, a déclaré le chef des Affaires étrangères du EU, Josep Borrell, après consultation à Bruxelles.

Les détails de cette nouvelle mission maritime seront élaborés dans les prochaines semaines, afin qu'une décision formelle puisse être prise dans plus d'un mois. Borrell espère que la mission pourra commencer fin mars. Selon lui, de nombreux États membres livrent du bieden aux navires. "Nous prendrons des mesures si des armes sont introduites en contrebande au-dessus de la mer."

Les ministres ont promis le mois dernier qu’ils s’emploieraient à protéger l’embargo sur les armes qui est systématiquement violé par toutes les parties belligérantes depuis de nombreuses années. Malgré les appels au cessez-le-feu, il y a encore beaucoup de combats en Libye. La manière dont le commerce des armes doit être abordé à travers le pays n'est pas encore claire.

Une précédente opération navale du EU dans la région était une mission qui devait combattre les passeurs. Les ministres EU ne soutiennent plus ce plan par crainte d'une augmentation du nombre de migrants qui traverseraient eux-mêmes la Méditerranée par bateau.

Pour atténuer ces préoccupations, les navires de guerre opéreront plus à l'est de la Libye dans le cadre de la nouvelle mission militaire, loin des voies de migration. Les ministres EU veulent empêcher la mission d'encourager les migrants à traverser un bateau. Les navires déployés se replieront s'il y a néanmoins une forte augmentation du nombre de migrants par mer.

La Libye est dans le chaos après la révolution de 2011 qui a chassé le dictateur Moammar al-Kadhafi du pouvoir. Le pays riche en pétrole a deux gouvernements rivaux: le gouvernement d'unité nationale (GNA) à Tripoli, et l'autre avec son siège dans la ville orientale de Tobrouk, qui est allié au général Khalifa Haftar.