Les syndicats d'agriculteurs danois proposent leur propre plan pour réduire les émissions de carbone

Au Danemark, le gouvernement et les syndicats agricoles se sont mis d'accord sur une réduction significative de la pollution de l'air. D'ici 2030, cette part de 15 millions de tonnes de dioxyde de carbone devrait être réduite de près de moitié à 8 millions de tonnes.

La plus grande partie (1 million de tonnes) sera obtenue en retirant de la production quelque 100 000 hectares de zones côtières marécageuses actuellement en cours de drainage, mais qui ne seront plus disponibles à l'avenir. Avec le reboisement et l'agriculture à grande échelle, la réduction des émissions est estimée à un peu moins d'un million de tonnes de dioxyde de carbone.

Les autorités danoises ont délimité sur des cartes les gebieden où les réductions d'émissions peuvent être les plus efficaces. En pratique, l'agriculteur s'enquiert auprès du gouvernement de l'adéquation de sa terre et conclut un accord sur son utilisation. Les champs sous contrat doivent être gérés de manière naturelle. Cela signifie que les champs ne peuvent pas être pompés à sec. Aucune culture n'est autorisée, même les années sèches.

Les exigences de la transition verte ne viennent pas du gouvernement danois, mais les organisations agricoles elles-mêmes ont déterminé les mesures. « Nous avons pris la responsabilité de prendre des mesures pour nous assurer que les objectifs de réduction sont atteints. Les politiciens ont la responsabilité de trouver de l'argent pour cela", a récemment déclaré Jan Laustsen, directeur du Conseil danois de l'agriculture et de l'alimentation.

Dans l'agriculture danoise, on savait que des mesures strictes et des mesures coercitives seraient introduites pour réduire les émissions, donc prendre rendez-vous sur la base de vos propres principes était une option meilleure et plus durable. Pour l'instant, le système est volontaire. Cependant, on ne sait toujours pas quelle compensation l'agriculteur recevra.

"Les agriculteurs sont incertains et sceptiques quant au type d'accord qu'ils signent et à ce que cela signifie à long terme", explique Laustsen. Jusqu'à présent, peu d'accords ont été conclus. Ce qu'il faut également résoudre, c'est comment toute compensation sera imposée.

Les 100 000 hectares ne représentent que 3 à 4 % de la superficie agricole du Danemark. « Le risque est que la réduction de 100 000 hectares ne se fasse pas volontairement. Ensuite, des mesures coercitives entrent en jeu », explique Laustsen.

Lausten déclare que tant que les consultations se poursuivront et que les questions fiscales et d'indemnisation pourront être résolues, une réduction de 100 000 hectares devrait être réalisable. "Les agriculteurs comprennent qu'il reste beaucoup à faire pour atteindre les objectifs climatiques et environnementaux", déclare Laustsen à propos de l'ambiance entre agriculteurs.

"Personne n'aime abandonner son pays, mais si cela se fait volontairement et ensemble, ce serait un grand pas en avant."