Les rebelles syriens sont désormais presque chassés du dernier bastion d'Idlib

Après quelques jours d’offensive, l’armée syrienne a une prise ferme sur le sud de la province d’Idlib. Les forces gouvernementales ont capturé une soixantaine de villes et villages des insurgés.

Les rebelles à leur tour, avec le soutien des troupes turques, ont repris l'armée de la ville stratégiquement située de Saraqeb, comme l'ont indiqué plusieurs sources difficiles à contrôler.

La ville de Saraqeb est située à la jonction de deux autoroutes. L'une d'elles relie les deux villes les plus importantes: Damas et Alep au nord. L'autre route va de l'est de la Syrie à la côte ouest de la mer Méditerranée.

La Turquie tente de toutes ses forces de contrecarrer l'avancée syrienne dans la province d'Idlib. Damas, cependant, est assuré du soutien de la Russie. L'avancée de l'armée syrienne dans la province voisine d'Idlib se poursuit sans relâche. Il menace de devenir un bain de sang de premier ordre. Selon l'ONU, des combats acharnés ont entraîné le déplacement de près d'un million de personnes dans la région. Selon des informations locales, les troupes syriennes ont avancé plus au sud de la ville d'Idlib, sous couvert de frappes aériennes russes.

Idlib est pratiquement la dernière partie du territoire syrien qui n'est pas (encore) entre les mains de l'armée gouvernementale du président syrien Assad. Si ses troupes réussissent à chasser les rebelles d'Idlib, la révolte contre le président Assad, qui a commencé en 2014, a pratiquement échoué et a échoué. Pendant longtemps, il a semblé que plusieurs groupes armés syriens pouvaient renverser le régime présidentiel. Mais après que la Russie a fourni un soutien militaire à Assad, les rebelles ont perdu le contrôle.

Entre-temps, l'Observatoire syrien des droits de l'homme (SOHR) rapporte que l'armée turque a créé quatre nouveaux postes militaires dans les zones Ehsim, Kansafrah, Kansafrah et Al-Bara dans le sud de la campagne d'Idlib, au milieu d'une progression continue de les forces du régime dans la région. De plus, un convoi militaire turc composé de plus de 100 véhicules est entré dans le territoire syrien hier soir en route vers la région de Jabal al-Zawiya.

Dans l'intervalle, la Russie et la Turquie préparent des discussions sur la manière de désamorcer les combats dans la province d'Idlib en Syrie, a déclaré lundi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov.

"Une autre série de consultations qui, nous l'espérons, nous mènera à un accord sur la manière dont nous pouvons garantir qu'il s'agit bien d'une zone de désescalade et que les terroristes n'y opèrent pas est en préparation", a déclaré Lavrov lors d'une conférence de presse conjointe lundi. .