Affrontements au Parlement européen à propos du report de la loi sur la restauration de la nature

Non seulement aux Pays-Bas, mais aussi dans un nombre croissant d'autres pays du EU, des amendements à la loi controversée sur la restauration de la nature sont pressés, même jusqu'au Parlement européen.

Lors d'un débat principal sur la nécessité de rendre l'agriculture plus durable, des dizaines de députés européens ont soutenu mercredi l'appel d'Esther de Lange (CDA) à renvoyer la loi de la Commission européenne sur la restauration de la nature "à la planche à dessin".  

Le week-end dernier, les politiciens de plusieurs pays EU (dont l'Autriche, l'Irlande et la Croatie) ont soutenu cet appel. Auparavant, les ministres de certains pays d'Europe centrale avaient déjà appelé à un report. Les démocrates-chrétiens n'ayant déposé aucune proposition ni résolution à Strasbourg mercredi, aucun vote n'a encore été pris sur un éventuel report. Cela peut encore être fait dans les mois à venir.

Il est frappant de constater que ce n'est pas le commissaire à l'agriculture Janusz Wojciechowski qui n'a pas défendu la politique de la Commission européenne dans le débat, mais la vice-présidente Mairead McGuinness. Lorsque Wojciechowski a rejoint la table de conférence après le débat pour discuter du prochain point à l'ordre du jour, cela lui a valu une explosion de colère du président du groupe PPE Manfred Weber, qui a qualifié l'absence d '"inacceptable".

Il n'est pas clair si le commissaire LNV lui-même a décidé de laisser la défense du Green Deal à McGuinness, ou s'il est resté à l'écart sur l'insistance de la Commission. Le commissaire au climat Timmermans n'a pas non plus participé au débat.

Cependant, cela a rendu encore plus clair que non seulement les propositions antérieures sur les pesticides SUR, mais aussi la loi sur la restauration de la nature sont désormais devenues un sujet épineux dans la politique environnementale et agricole européenne.

Actuellement, les ministres LNV et les politiciens du EU de divers pays tentent encore de trouver des compromis et des ajustements, car une majorité ne se dégage que dans un nombre limité de domaines. Cela se produit non seulement au sein de la commission de l'agriculture du Parlement européen et du Conseil de l'agriculture, mais également au sein de la commission de l'environnement et parmi les ministres de l'environnement.