Des récoltes décevantes menacent en raison des inondations après la pluie

Images aériennes de zones humides au premier plan. Les zones humides sont utilisées comme système de réservoir de débordement pour les rivières après de fortes pluies.

Les récoltes des champs du sud de l'Allemagne et de l'Autriche pourraient être décevantes ces mois d'été. En raison des conséquences des récentes précipitations excessives et des inondations, des rendements plus faibles sont désormais attendus.

Surtout En Bavière, les producteurs de céréales ont des attentes mitigées quant à la récolte à venir. Si certaines cultures sont encore en bon état, d’autres champs souffrent des inondations. 

Dans le nord de l'Allemagne, notamment dans le Schleswig-Holstein, les sols humides ont rendu la récolte difficile. Les agriculteurs de cette région ont des difficultés à cultiver leurs champs en raison de la saturation du sol. Cela retarde non seulement la récolte, mais augmente également le risque de mauvaises récoltes.

Les conséquences des fortes pluies se font également sentir en Autriche. Les agriculteurs de Styrie sont aux prises avec des sols saturés et des inondations, ce qui entrave la récolte de cultures telles que le maïs et les pommes de terre. Ces conditions devraient réduire considérablement le rendement total de cette année 

L'incertitude quant aux résultats des récoltes a également des implications économiques. Partout en Allemagne et en Autriche, les agriculteurs craignent une baisse des rendements et donc une hausse des prix des denrées alimentaires. Les organisations agricoles mettent en garde contre une éventuelle hausse des prix des produits de base comme les céréales et les pommes de terre, qui pourrait alimenter davantage l’inflation.

La situation actuelle met en évidence la nécessité pour les agriculteurs de s’adapter aux conditions climatiques changeantes. Les organisations agricoles en Allemagne et en Autriche travaillent sur des stratégies pour mieux faire face aux conséquences des conditions météorologiques extrêmes bieden. Cela implique d’investir dans des systèmes de drainage et de développer des cultures plus résistantes aux changements climatiques.