Étude alimentaire EU : le Green Deal n'est pas une menace mais un sauvetage

Un gros plan de légumes dans un étal dans la halle

Une étude scientifique de la Commission européenne conclut que la guerre russe en Ukraine pourrait entraîner une perturbation temporaire de la sécurité alimentaire, mais que l'augmentation du changement climatique et de la pollution de l'environnement constitue une menace structurelle pour la production alimentaire mondiale.

L'étude reconnaît que l'utilisation d'agents chimiques dans l'agriculture est bénéfique pour la stabilité de la production alimentaire, mais menace la diversité et la qualité des sols à plus long terme.

L'étude sur les «moteurs» de la production et de l'utilisation a été annoncée l'année dernière, en réponse à la perturbation de l'approvisionnement mondial en céréales. La Commission européenne s'est précédemment opposée aux demandes de report de certaines parties du Green Deal et de la ferme à la fourchette parce que l'approvisionnement alimentaire n'est pas menacé.

L'étude publiée cette semaine se concentre sur des dizaines de facteurs ("moteurs") qui, selon les chercheurs, influencent l'approvisionnement alimentaire mondial. Le rapport intervient peu de temps après que les ministres de l'agriculture du EU ont de nouveau appelé à des recherches supplémentaires, affirmant qu'ils n'étaient pas satisfaits des résultats des recherches précédentes.

Dans l'étude qui vient d'être publiée, il est indiqué dans une note de bas de page que ce rapport ne remplace pas les rapports précédents.

Le document de travail souligne en outre qu'à mesure que la nourriture se raréfie, la pression sur la fertilité des sols, le climat, la biodiversité et la disponibilité de l'eau augmente. Si le problème environnemental et climatique n'est pas résolu rapidement, des goulots d'étranglement de l'approvisionnement pourraient survenir, souligne la Commission européenne. Les coûts de ne rien faire sont finalement plus élevés que les coûts de verdissement de la chaîne alimentaire. 

Le comité EU pointe une perte imminente de 9 milliards d'euros dans le secteur agricole en raison de la seule sécheresse prévue en 2030. Sans changement de politique, les rendements des cultures arables chuteront de 4,5 % en 2030. Avec une politique environnementale et climatique adéquate, la baisse de rendement en 2030 ne sera que de 2,4 %, selon l'étude.

Réduire l'utilisation de pesticides dangereux serait important pour préserver la biodiversité et protéger les insectes. Selon la Commission européenne, cela est possible sans perte de revenus. Cependant, cela nécessiterait que des substances actives alternatives soient disponibles et que des variétés résistantes aux maladies soient commercialisées en utilisant de nouvelles techniques génomiques.