Les Pays-Bas veulent plus de police EU mais pas de paiement annuel plus élevé

Photo: Christian Dubovan via Unsplash

Le ministre néerlandais des Finances, Wobke Hoekstra, estime qu'une augmentation de plusieurs milliards de dollars de la contribution néerlandaise à l'Union européenne est inacceptable. Il a déclaré à la télévision néerlandaise que le paiement annuel devrait être limité au pourcentage actuel du produit national brut commun.

Le Financial Times a publié mardi un rapport sur les calculs allemands de la proposition de budget de la Commission européenne. Selon cette proposition, les dépenses au EU augmenteraient de plus de 10%. En outre, étant donné que la contribution britannique due au Brexit est sur le point d'expirer et que des réductions antérieures sont supprimées, les paiements annuels doivent être considérablement augmentés. Pour l'Allemagne, cela représenterait un doublement du paiement et pour les Pays-Bas de plus de 60% dans les années à venir.

Selon des sources proches de la Commission européenne, les chiffres concernant les Pays-Bas sont inexacts, d’autant plus que les droits de douane à Rotterdam sur les importations étrangères destinées au transit (estimées à 2,8 milliards d’euros en 2020) ne devraient pas être pris en compte. La contribution brute des Pays-Bas s'élèverait alors à 5,5 milliards d'euros, pour atteindre plus de 9 milliards sept ans plus tard.

Comme le budget du EU est lié au PIB européen (en croissance), la contribution augmente quand même. Même si le 1% reste intact et que les Pays-Bas conservent leur réduction, la contribution en 2027 s'élèvera à environ 10 milliards d'euros. La Commission européenne souhaite réduire à zéro cette réduction néerlandaise de plus d'un milliard par an.

Un autre facteur est que la contribution des Britanniques, qui représentent maintenant environ 12 milliards par an, disparaîtra via le Brexit. Incidemment, cela concerne les contributions brutes. La monnaie retourne également sous forme de subventions, mais les Pays-Bas se situent au sommet des contributeurs nets depuis des années.
La plupart des pays EU souhaitent que le budget augmente. Les Pays-Bas exigent un budget moderne, avec plus d'argent pour l'innovation, le contrôle des frontières, la sécurité et le climat, mais moins de subventions pour l'agriculture et le développement régional.

Lors des réflexions politiques générales au Sénat, il a été demandé au Premier ministre Mark Rutte si les Pays-Bas avaient l'intention de mettre leur veto aux augmentations proposées. Rutte a répondu qu'il trouvait toujours un veto si son objectif était aussi faible. Nous allons d’abord voir ce que nous pouvons réaliser avec cinq pays du EU qui sont d’accord avec nous, at-il déclaré.