Von der Leyen tente de rassurer les agriculteurs du EU sur les subventions

Photo de Sveta Fedarava sur Unsplash

Il ne fait aucun doute que les agriculteurs demeurent un élément précieux de notre culture et de notre avenir. La présidente de la Commission EU, Ursula von der Leyen, a déclaré mercredi en réponse aux nouvelles manifestations dans de nombreux pays EU d'agriculteurs attirant l'attention sur leurs conditions de travail difficiles.

De nombreux agriculteurs se sentent sous-évalués et craignent d'être affectés par les mesures relatives au changement climatique. Von der Leyen a reconnu que sa politique climatique ambitieuse entraînera des changements pour iedereen. Le nouveau Commissaire à l'Agriculture du EU, le Polonais Janusz Wojciechowski, veillera à ce que «nos agriculteurs puissent également prospérer tout en s'adaptant à la nouvelle réalité», a promis l'homme politique allemand au Parlement européen de Strasbourg.

Nous avons besoin d'une stratégie pour amener la nourriture de la ferme dans notre assiette de manière durable, dit Von der Leyen. Selon elle, cela comprend, par exemple, que les jeunes agriculteurs ont accès au financement. De plus, il est important que les aliments importés répondent aux normes environnementales européennes, a-t-elle tenté de rassurer le secteur agricole.

Les élections législatives successives dans les pays du EU, la confusion entourant le Brexit, la crise migratoire en cours et les craintes d'une éventuelle nouvelle crise financière ont conduit les négociations du EU sur la réforme de la politique agricole commune (PAC) dans une impasse. La date de départ est désormais mi-2021 à Bruxelles au compteur. Le cœur du problème reste le budget pluriannuel et la question de savoir combien d'argent peut encore aller à l'agriculture.

La proposition initiale de la Commission désormais sortante est sous le feu des projecteurs. L'objectif est grosso modo: encore moins d'argent pour l'agriculture (pilier 1) et un nouveau passage aux mesures environnementales et climatiques (pilier 2) plus éventuellement une réduction du budget agricole total de 10 pour cent. En d'autres termes, une nouvelle réduction substantielle du soutien du revenu. Wojciechowski a sagement gardé le silence à ce sujet lors de son audition au Parlement européen, sinon il aurait pu conclure tout de suite.

Pourtant, le nouveau commissaire à l'agriculture du EU avait précédemment déclaré qu'il était en faveur de l'égalisation de toutes les aides à l'acre dans le EU. Cela signifierait que le soutien du revenu dans les États membres d'Europe de l'Est et du Sud augmenterait fortement et diminuerait considérablement dans les autres États membres, y compris les Pays-Bas.

La récente annonce divulguée par Frans Timmermans (deuxième au sein de la Commission) selon laquelle une proposition est sur la table à Bruxelles de transférer 40% du budget agricole total pour le soutien du revenu à la subvention pour l'environnement et pour les actions climatiques au cours des 7 prochaines années ne facilite pas les choses pour Wojciechowski.