Le PPE européen nomme Roberta Metsola à la présidence du EP

Conférence de presse de Manfred WEBER (DE), Président du EPP, et du Groupe EPP élu candidat à la Présidence du Parlement européen

Le groupe démocrate-chrétien PPE a élu Roberta Metsola comme candidate à la présidence du Parlement européen. Metsola a battu sa collègue néerlandaise Esther de Lange au premier tour avec une majorité des deux tiers.

En janvier, l'élection partielle du social-démocrate italien David Sassoli est à l'ordre du jour. On ne sait pas encore si Sassoli se représentera ou si le S&D proposera un autre candidat pour la seconde moitié du mandat du conseil d'administration.

Le chef du groupe Manfred Weber a déclaré que le PPE était prêt à négocier avec le partenaire de la coalition libérale Renew au sujet des ajustements à l'accord de coalition conclu en 2019, dans l'espoir d'obtenir leur soutien à la présidence. Il a également appelé le S&D à s'en tenir à l'accord conclu en 2019 selon lequel le PPE prendrait la présidence, et à ne pas proposer son propre candidat.

Initialement, il était prévu que Weber lui-même assume la présidence du parlement par intérim, mais il a récemment annoncé qu'il souhaitait investir plus de temps et d'énergie dans le renforcement de la démocratie chrétienne européenne, ainsi que dans la politique allemande. Interrogé par des journalistes s'il se préparait à retourner dans la politique allemande, Weber a déclaré que son avenir se trouvait en Europe.

Metsola a déclaré dans une première réponse qu'elle était honorée d'avoir reçu un mandat fort du Groupe PPE. "La seconde moitié de cette législature sera cruciale pour l'Europe - je travaillerai dur pour continuer à construire des ponts avec d'autres groupes politiques, pour faire avancer des lois importantes et rapprocher la prise de décision des citoyens de chaque État membre."

L'homme politique maltaise est l'une des vice-présidentes du Parlement européen depuis 2019 et elle remplace régulièrement Sassoli. Lorsqu'on lui a demandé ce qu'elle ferait différemment de Sassoli, elle a déclaré qu'elle avait précédemment soutenu les recommandations visant à autoriser les interruptions des sessions plénières. Elle souhaite également permettre plus de débats dans les commissions et les parlements pléniers, au lieu de faire des déclarations.

Selon Weber, elle sera le visage d'un Parlement européen fort, moderne et plus visible. « Et oui, nous pensons aussi qu'il est grand temps que le prochain président du Parlement européen soit une femme ! », a-t-il souligné.