Forfait minimum pour la carte d'invalidité large EU

Il y aura une carte d'invalidité à l'échelle EU qui fixera une norme minimale pour l'assistance aux personnes handicapées. La carte européenne de stationnement pour personnes handicapées existante pour les personnes handicapées sera également mise à jourd. 

La commission de l'emploi et des affaires sociales de l'EMPL a approuvé jeudi à l'unanimité à Bruxelles un rapport de la libérale slovaque Lucia Duris sur les critères d'une telle première carte d'invalidité à l'échelle EU. Environ 87 millions de personnes en Europe vivent avec une forme de handicap. Ils rencontrent régulièrement des obstacles lorsqu'ils voyagent et séjournent dans d'autres pays européens car leur statut de handicap n'est pas reconnu partout de la même manière. 

Jusqu'à présent, chaque pays EU a ses propres règles pour l'utilisation d'une carte de stationnement pour personnes handicapées. La nouvelle carte est également valable au Liechtenstein, en Norvège, en Islande et en Suisse.

En septembre, la Commission européenne a présenté une proposition visant à garantir que les deux cartes facilitent le droit à la libre circulation des personnes handicapées. Les personnes handicapées bénéficieront du même accès aux conditions spéciales, aux traitements préférentiels et aux droits de stationnement lorsqu'elles voyagent et séjournent dans d'autres pays européens. 

Ces dernières années, la Commission européenne avait déjà piloté l'harmonisation des cartes nationales d'invalidité existantes dans huit pays : Belgique, Chypre, Estonie, Finlande, Italie, Malte, Roumanie et Slovénie.

La carte EU permet aux personnes handicapées de bénéficier d'un traitement préférentiel dans divers services publics et privés, tels que les transports publics, les manifestations culturelles, les centres de loisirs et sportifs et les musées. Ceci peut être réalisé grâce, entre autres, à un accès gratuit, à des tarifs réduits, à un accès prioritaire, à une assistance personnelle et à des aides à la mobilité. 

Maintenant que le Parlement européen a ouvert la voie à un dernier cycle de négociations avec les 27 ministres de la Santé, du Bien-être et des Sports, l'intention est d'achever le processus décisionnel avant les élections européennes de juin.