Le dissident iranien Ebadi et le Parlement européen dénoncent les ayatollahs iraniens

Délégation pour les relations avec l'Iran - Réunion conjointe FEMM Echange de vues avec la lauréate du prix Nobel de la paix 2003 Shirin EBADI sur la situation des femmes en Iran

La lauréate iranienne du prix Nobel Shirin Ebadi a déclaré dans un discours au Parlement européen que la République islamique d'Iran ne pouvait pas être réformée, mais que le pays avait besoin d'une nouvelle constitution.

En Iran, les manifestations se sont répétées ces derniers mois contre le système clérical et la répression des forces démocratiques.

A l'occasion de la Journée internationale de la femme, la lauréate iranienne du prix Nobel Shirin Ebadi et l'astronaute italienne Samantha Cristoforetti ont été invitées à s'adresser à la session plénière du Parlement européen.

Shirin Ebadi a reçu le prix Nobel de la paix il y a 20 ans pour son travail en faveur de la démocratie et des droits humains en Iran, en particulier les droits des femmes et des enfants. Samantha Cristoforetti est une astronaute de l'Agence spatiale européenne et la première femme commandant en chef de l'expédition 68 de la Station spatiale internationale.

Ebadi a plaidé à Strasbourg pour un changement de régime dans son pays. Elle a appelé à une nouvelle constitution qui permettrait des réformes radicales. Sa référence au mouvement de contestation « Femme, Vie, Liberté » a été applaudie par de nombreux eurodéputés. 

Ursula von der Leyen, présidente de la Commission de l'Union européenne, a salué le travail d'Ebadi pour la démocratie et les droits de l'homme, et a salué le courage des femmes iraniennes, affirmant que leur lutte est une "inspiration pour les femmes du monde entier". 

Les protestations contre les ayatollahs iraniens ont de nouveau éclaté après la mort d'une femme de 22 ans, Mahsa Amini, en garde à vue en septembre 2022. Amini a été arrêtée pour avoir prétendument porté le foulard obligatoire de manière incorrecte. Les forces de sécurité ont brutalement réprimé le mouvement de protestation, tuant plus de 520 manifestants et en détenant illégalement plus de 19 000, selon des militants.

À la suite de détentions illégales et de procès biaisés, la justice a prononcé des peines sévères, y compris la peine de mort, contre des manifestants.