Le Parlement européen veut interdire l'exportation de déchets plastiques vers les pays non-EU

Le Parlement européen veut interdire l'exportation de déchets plastiques vers des pays hors de l'Union européenne. L'interdiction devrait entrer en vigueur dans environ trois ans. Fort de cette position, le Parlement européen négociera avec les ministres de l'environnement des pays du EU.

Selon les députés, ce sera une incitation à concevoir davantage de plastiques réutilisables et à augmenter la capacité de retraitement à court terme. Selon les recherches, une augmentation de 10 à 20 % de la capacité est nécessaire. Les pays du EU exportent actuellement principalement des déchets plastiques vers la Turquie, qui ne peut même pas traiter ses propres déchets plastiques. 

De 2005 à 2018, la quantité moyenne de déchets municipaux par habitant a diminué dans le EU. Cependant, les tendances varient d'un pays à l'autre. Par exemple, il y a eu une augmentation au Danemark, en Allemagne, en Grèce, à Malte et en République tchèque et une diminution en Bulgarie, en Espagne, en Hongrie, en Roumanie et aux Pays-Bas.

En termes absolus par personne, la production de déchets était la plus élevée au Danemark, à Malte, à Chypre et en Allemagne et la plus faible en Hongrie, en Pologne, en République tchèque et en Roumanie.

La mise en décharge des déchets est quasiment inexistante dans des pays comme la Belgique, les Pays-Bas, la Suède, le Danemark, l'Allemagne, l'Autriche, la Finlande. Dans ces pays, l'incinération joue un rôle important aux côtés de la réutilisation. 

La mise en décharge des déchets municipaux est toujours populaire dans les régions de l'est et du sud de l'Europe. Dix pays mettent en décharge au moins la moitié de leurs déchets municipaux. À Malte, à Chypre et en Grèce, il est supérieur à 80% ; en Croatie, Roumanie, Bulgarie et Slovaquie plus de 60% ; tandis qu'en Espagne et au Portugal, il est supérieur à 50%.

Le règlement sur le transport des déchets en préparation va plus loin que les seuls déchets plastiques. L'exportation de déchets vers des pays hors OCDE ne sera autorisée que si ces pays eux-mêmes y consentent au préalable et s'il est démontré qu'ils peuvent les traiter. Les exportateurs devront démontrer que leurs clients traitent les déchets d'une manière respectueuse de l'environnement.

En 2020, les pays EU ont exporté 32,7 millions de tonnes de déchets vers des pays non-EU, ce qui représente environ 16 % du commerce mondial des déchets. Il s'agit d'une augmentation de 75 % par rapport à il y a vingt ans. De plus, les États membres du EU échangent entre eux 67 millions de tonnes de déchets chaque année.