EU interdit l’exportation de déchets plastiques vers les pays du tiers monde

Après des années de débats et de préparatifs politiques, l’Union européenne va imposer de nouvelles restrictions sur l’exportation de déchets plastiques vers les pays en développement. Les nouvelles règles commerciales et d’exportation font partie d’un ensemble plus large de mesures EU visant à réduire l’utilisation du plastique comme matériau d’emballage.

La nouvelle législation, adoptée à une écrasante majorité au Parlement européen mardi, rendra pleinement effective l'interdiction d'exporter des déchets plastiques vers les pays non membres de l'OCDE à partir du 1er janvier 2025. Cette décision vise à garantir que les déchets plastiques soient traités au sein du EU, plutôt qu'exportés vers des pays aux normes environnementales moins strictes.

L’objectif est également de promouvoir l’économie circulaire et de réduire l’utilisation du plastique grâce au recyclage et à la réutilisation, ainsi qu’à l’interdiction des emballages plastiques à usage unique. 

L’eurodéputé néerlandais Bas Eickhout (GroenLinks) a répondu : « Nous savons depuis des années que les exportations européennes de plastique causent des problèmes environnementaux majeurs dans d’autres pays, qui n’ont souvent pas la capacité de traiter ce plastique. Après une longue lutte, la fin est désormais en vue et cette pratique va cesser. » 

La Commission européenne avait précédemment proposé d'arrêter les exportations de plastique vers les pays en développement, mais a laissé la possibilité d'exporter vers les pays plus développés. Eickhout : « Mais dans la pratique, nous constatons qu'une grande partie du plastique est expédiée vers des pays comme la Turquie et même plus loin. C'est ainsi que nous transférons encore nos problèmes. Nous avons donc intégré dans la nouvelle loi des contrôles qui garantissent que cela cesse également.»

La législation fait partie d’un ensemble plus large de mesures qui devraient réduire l’utilisation du plastique et encourager sa réutilisation. « Si nous voulons sérieusement une économie circulaire, nous ne pouvons pas continuer à déverser du plastique dans d’autres pays. Cela nécessite davantage d’efforts en matière de recyclage, mais offre également des opportunités. Car le plastique usagé ne sera bientôt plus un déchet, mais l’une des nouvelles matières premières d’une économie durable.» 

Les pays EU ont déjà accepté l'accord, de sorte que la législation entrera en vigueur plus tard cette année. Cette décision a été saluée par les groupes environnementaux, qui espèrent qu’elle contribuera à réduire la pollution plastique dans les océans et à réduire la pression sur l’environnement.