Pas de report ou d'ajustement pour la ferme à la table mais "pas à l'ordre du jour"

Récolte de l'orge - moissoneuse batteuse

Les responsables européens nient qu'il y aurait eu « décidé » au sein du EU de mettre en veilleuse deux propositions de législation contre l'utilisation des pesticides. Et que pour le Green Deal et de la ferme à la table, ce ne sera pas du tout "du retard vient l'ajustement". Officiellement, on dit que les deux textes législatifs ne sont "plus à l'ordre du jour à court terme".

Seul le commissaire à l'agriculture, Janus Wojciechowski, a reconnu mercredi que la sécurité alimentaire était désormais une priorité absolue en raison de la guerre russe en Ukraine. C'est pourquoi non seulement le fonds d'urgence agricole est ouvert, mais aussi (pour l'instant seulement cette année !) l'obligation de jachère sur environ quatre millions d'hectares est supprimée.

Mais Wojciechowski a de nouveau clairement indiqué que l'ensemble de la Commission européenne, y compris lui-même, s'en tient au Green Deal et à la vision de l'avenir de la ferme à la fourchette. Il a qualifié la prévention d'une urgence et la transition vers une agriculture plus durable de "moyen terme", sans préciser une année, pour maintenir à flot la production alimentaire européenne.

Le débat politique sur les restrictions environnementales et climatiques de l'agriculture est également relancé au Parlement européen. Le Parlement européen soutient le paquet Agri-action avec sa propre résolution, qui a été en partie soumise par le membre néerlandais du PvdA Mohammed Chahim.

Il appelle non seulement à utiliser les friches, mais aussi à lutter contre le gaspillage alimentaire. Environ 88 millions de tonnes de nourriture sont gaspillées chaque année dans le EU. 

«Depuis un mois environ, le monde a été bouleversé. L'invasion de l'Ukraine par la Russie a de nombreuses conséquences, que nous ressentirons également en Europe. Nous devons sécuriser notre propre approvisionnement alimentaire, sans compromettre les objectifs du Green Deal, la biodiversité et la stratégie de la ferme à la fourchette », a déclaré Chahim.

Mais le PPE chrétien-démocrate souhaite également, avec les libéraux, les indépendants et l'ECR conservateur, inclure une disposition dans la résolution pour abandonner complètement l'interdiction des produits chimiques dans l'agriculture. Chahim prévient "qu'il ne faut pas abuser de la guerre en Ukraine pour suspendre les mesures climatiques". Si une majorité de centre-droit du EP veut le faire, les membres du PvdA voteront quand même contre la résolution, a laissé entendre Chahim.

Bert-Jan Ruissen, membre du SGP, fait partie des europoliticiens qui font pression pour que le Green Deal soit reporté. Il appelle à un évaluation de l'impact dans lequel les conséquences de la guerre en Ukraine sur la sécurité alimentaire sont prises en compte. "Il aurait été très inapproprié que la Commission propose aujourd'hui de retirer de la production le 10% des terres agricoles", a déclaré Ruissen lorsqu'on lui a demandé. 

L'eurodéputé de GroenLinks, Bas Eickhout, a déclaré plus tôt qu'il craignait que la situation en Ukraine ne soit utilisée pour inverser la durabilité de l'agriculture. De plus, selon lui, la crise actuelle devrait être une leçon pour que l'agriculture européenne devienne moins dépendante de l'importation de matières premières en provenance des pays non-EU.