L'élevage également soumis à des règles EU plus strictes contre la pollution de l'air

La commission de l'environnement du Parlement européen a encore affaibli la proposition visant à soumettre de nombreuses autres exploitations d'élevage à des normes d'émission RIE plus strictes. 

Avec cela, la commission ENVI suit le compromis précédemment élaboré par les diplomates du EU pour amener moins d'élevages sous le régime des émissions et pour abaisser moins les critères pour les élevages de volailles et de porcs.

La commission de l'environnement souhaite également permettre aux pays du EU de remplacer l'obligation de licence pour les "petites" entreprises par une obligation d'enregistrement avec moins de tracas administratifs.

En outre, le compromis désormais accepté prévoit une dérogation pour tous les élevages extensifs ; le régime RIE ne s'appliquera qu'aux élevages intensifs. En outre, la période de mise en œuvre sera prolongée et des barrières seront levées contre "plus d'importations et de fuites à l'étranger" grâce à l'introduction du principe de réciprocité.

Initialement, le commissaire à l'environnement Virginius Sinkevicius et le commissaire au climat Frans Timmermans voulaient soumettre presque tous les élevages aux règles de pollution qui existent depuis 2010 pour des dizaines de milliers d'activités commerciales industrielles. Initialement, la Commission européenne avait déclaré que cela ne s'appliquerait qu'aux très grandes exploitations d'élevage, mais cette estimation s'est avérée basée sur des chiffres obsolètes. 

Non seulement la commission de l'agriculture du Parlement européen, mais aussi les ministres LNV de plusieurs pays du EU ont également émis des réserves sur "l'agitation administrative pour toutes sortes de nouveaux permis". Plusieurs factions du EU et des ministres de la LNV veulent en sortir complètement l'élevage, mais ce plaidoyer a suscité des résistances.

Non seulement d'autres secteurs tels que les transports, la construction ou la navigation, mais aussi l'élevage intensif d'animaux et d'élevage devront bientôt utiliser les meilleures techniques disponibles contre la pollution de l'air et des sols, affirme-t-on.

Le Parlement européen dans son ensemble devrait désormais adopter une position finale en juin ou juillet. Ensuite, il deviendra clair s'il y a une majorité pour garder les vaches laitières complètement à l'écart. Après cela, les négociations en trilogue avec la Commission européenne et les ministres de l'environnement du EU pourront s'achever cette année.