Des agro-politiciens européens en visite de travail dans l'agriculture et l'horticulture néerlandaises

Une délégation de la commission de l'agriculture du Parlement européen a effectué ces derniers jours une visite de travail dans l'agriculture et l'horticulture néerlandaises. La délégation était conduite par le politicien allemand du PPE Norbert Lins, président de ce comité agricole ("agricom").

Dix politiciens, employés du parti et interprètes du EU ont été informés des opérations commerciales modernes et de la situation actuelle des entreprises horticoles et agricoles néerlandaises. Dans l'horticulture sous serre, l'accent a été principalement mis sur les possibilités futures de sélection végétale, dans le Flevopolder sur l'utilisation de substituts d'engrais artificiels et dans le Krimpenerwaard sur les possibilités d'irrigation et de réhumidification combinées à une utilisation agricole.

La visite de travail a eu lieu à la demande des trois membres néerlandais de ce comité agricole, Annie Schreijer-Pierik (CDA), Jan Huitema (VVD) et Bert-Jan Ruissen (SGP).

La délégation avait également demandé une rencontre avec le ministre de l'Agriculture, de la Nature et de la Qualité alimentaire Piet Adema, mais celui-ci a dû être remplacé par une délégation officielle en raison du calendrier chargé de son agenda (l'accord agricole). Lorsqu'on lui a demandé lors de la conférence de presse de clôture pourquoi la délégation n'avait pas demandé une rencontre avec le ministre de l'azote Van der Wal, le président Lins a déclaré que ce n'était pas habituel dans les protocoles EU : le comité de l'agriculture s'entretient avec des fonctionnaires et des politiciens des ministères de l'agriculture et non aux autres ministres. 

Incidemment, Lins et "l'hôte" Bert-Jan Ruissen n'ont pas pensé que c'était une catastrophe que le ministre n'ait pas eu le temps, car la visite de travail n'était pas destinée à une consultation avec les décideurs politiques. Nous sommes principalement venus ici pour écouter », explique Lins. Il a l'impression que les agriculteurs néerlandais sont prêts à coopérer à la mise en œuvre du Green Deal européen, mais qu'ils ont des réserves sur certaines parties de la mise en œuvre.

Par exemple, les nouvelles éco-subventions pour les opérations commerciales respectueuses de la nature seraient trop restrictives, et selon Lins aussi financièrement maigres. Il a fait valoir que la subvention EU devrait non seulement couvrir les coûts, mais également contenir un élément de « récompense ». Selon Bert-Jan Ruissen, de nombreux agriculteurs trouvent de nombreuses mesures EU trop obligatoires, trop imposées d'en haut.

Le président Lins a annoncé que la commission de l'agriculture prendra position sur la loi controversée sur la restauration de la nature la semaine prochaine à Bruxelles. De plus, il y a des factions EU (de l'EVP et de l'ECR) qui rejettent complètement le projet de loi, et un compromis est en cours selon lequel la restauration obligatoire de la nature ne s'applique qu'à la zone Natura2000 TP3Tn.

Les politiciens du EU ont déclaré par la suite qu'ils avaient vu dans une ferme fruitière hollandaise moderne que des produits phytosanitaires verts et naturels étaient déjà beaucoup utilisés, mais que parfois « en extrême nécessité », des agents chimiques étaient parfois utilisés.