Bientôt dans les magasins EU : jeter moins, réparer plus

Le Parlement européen et les pays EU se sont mis d'accord sur l'introduction d'un « droit à la réparation », à moins que cela ne coûte plus cher que le remplacement. Les détaillants sont tenus de réparer les produits défectueux pendant la période de garantie, au lieu de les échanger contre des neufs. 

La nouvelle réglementation EU introduit une garantie légale supplémentaire de 12 mois et garantit aux réparateurs indépendants un meilleur accès aux pièces détachées. De plus, il interdit aux fabricants d’utiliser des clauses ou des techniques logicielles et matérielles qui entravent la réparation.

En outre, les fournisseurs doivent coopérer pour garantir que les produits techniquement réparables tels que les aspirateurs, les machines à laver, les téléviseurs, les tablettes et les smartphones puissent être réparés même après la période de garantie. 

Dans certains cas, un appareil de remplacement doit être proposé en prêt et la période de garantie doit être prolongée après réparation.

L’Union européenne veut garantir que moins de choses finissent à la ferraille et que moins de matières premières soient gaspillées. Selon Bruxelles, le projet de loi pourrait conduire à 18 millions de tonnes d'émissions de CO2 en moins en 15 ans.

Les négociateurs européens ont convenu que chaque pays EU devrait introduire au moins une mesure pour promouvoir la réparation, comme des bons d'achat, des campagnes d'information, des cours ou un soutien aux clubs de réparation privés. Les Repair Cafés sont des réunions gratuites où les gens aident les autres à réparer des objets cassés. Il existe souvent des outils et du matériel disponibles.

Une fois la directive adoptée par le Conseil et le Parlement et publiée au Journal officiel du EU, les États membres disposeront de 24 mois pour la transposer en droit national.