Les dirigeants du EU rejettent la visite d'Orbán à Poutine

EP Conférence de presse. Briefing avant le Sommet EU. Conférence de presse de Jozsef SZAJER, vice-président du EPP, Viktor ORBAN, Premier ministre de Hongrie, Gergely GULYAS, Cabinet du Premier ministre et Bertalan HAVASI

La récente visite du Premier ministre hongrois Viktor Orbán au président russe Vladimir Poutine a suscité d'importantes critiques et inquiétudes au sein de l'Union européenne. La réunion n’a pas été discutée à l’avance avec le EU, ce qui a suscité le mécontentement de la Commission européenne et d’autres dirigeants du EU. 

La Hongrie assure la présidence tournante de l'Union européenne pour ce semestre, avec des tâches et fonctions principalement organisationnelles et cérémonielles. Au sein du EU, le Premier ministre hongrois est depuis des années un fauteur de troubles et un perturbateur. Il est l'un des rares dirigeants européens à défendre le président russe Poutine, qui fait l'objet d'une enquête de la Cour internationale de justice de la CPI à La Haye.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a souligné que les politiques d'apaisement envers Poutine ne fonctionneraient pas et a appelé à l'unité et à la détermination pour parvenir à une paix juste et durable en Ukraine.

La Commission européenne pourrait désormais envisager de reporter ou de reconsidérer la visite des dirigeants du EU en Hongrie, en raison des actions solitaires d'Orbán. Par exemple, les sommets EU pourraient ne pas avoir lieu à Budapest avant un certain temps. 

Orbán a défendu sa visite en affirmant que le dialogue avec la Russie était nécessaire malgré la guerre en cours en Ukraine. Cependant, cette position entre en conflit avec la stratégie plus large EU, qui vise à isoler la Russie par le biais de sanctions et de soutien à l’Ukraine.

Josep Borrell, chef des affaires étrangères du EU, a critiqué la visite d'Orbán et a souligné que le Premier ministre hongrois ne parlait pas au nom du EU. Borrell a souligné que de telles mesures unilatérales pourraient saper l'unité du EU et affaiblir les efforts conjoints visant à résister à l'agression russe.

La rencontre d'Orbán avec Poutine comprenait des discussions sur la sécurité énergétique et la coopération économique, des sujets qui, selon Orbán, sont cruciaux pour la Hongrie. Toutefois, ces liens étroits avec la Russie sont perçus comme problématiques par d’autres membres du EU, qui souhaitent mettre l’accent sur la solidarité avec l’Ukraine et le strict respect des sanctions contre la Russie.