Les États-Unis et le EU limiteront davantage les émissions de méthane

L'Union européenne et les États-Unis ont annoncé de nouveaux investissements contre la réduction des méthanes lors du sommet climatique COP28. Le EU investit 175 millions d'euros supplémentaires dans le renforcement de l'administration et de l'enregistrement des émissions de méthane. Les États-Unis ont annoncé de nouvelles normes qui obligeront les producteurs de pétrole et de gaz à colmater leurs fuites de méthane. 

De plus, les compagnies pétrolières doivent surveiller de plus près leurs forages pour éviter les fuites de gaz indésirables. Avec ces mesures, les États-Unis veulent lutter contre les émissions d’environ 58 millions de tonnes de méthane.

Selon la présidente de la Commission, Von der Leyen, plus de 260 milliards de mètres cubes de gaz naturel sont gaspillés chaque année dans le monde à cause du torchage et des fuites de méthane. Cela représente cinq fois la quantité de gaz que les pays EU ont importé des États-Unis l’année dernière.

Il y a deux ans, les États-Unis et le EU ont lancé une initiative internationale pour lutter conjointement contre le problème du méthane. Plus de 150 pays l’ont désormais rejoint, dont les Pays-Bas. Selon la Commission européenne, cette initiative mondiale contribuera à garantir que l'objectif de « Paris » (limiter le réchauffement à 1,5 degré) reste « à portée de main ».

Divers tests sont actuellement menés dans l'agriculture et l'élevage européens pour réduire les émissions de méthane, notamment dans l'élevage et l'élevage laitier à grande échelle. Cela s'applique particulièrement aux changements dans la composition des aliments pour le bétail. La décision finale visant à imposer aux grands élevages une interdiction plus stricte des émissions industrielles a récemment été reportée à 2026 dans le cadre du EU.

Les membres de l'organisation belge de l'alimentation animale Belgian Feed Association (BFA) travailleront ensemble pour réduire les émissions de méthane provenant du bétail, ont-ils annoncé la semaine dernière. À partir de l'année prochaine, le fabricant d'aliments iedere appliquera une mesure de la Convention flamande sur les émissions entériques à dix pour cent de ses aliments pour bovins destinés aux clients flamands.

BFA souhaite réduire les émissions de méthane du bétail de 26 pour cent d’ici 2030 par rapport à 2016. Pour y parvenir, elle travaille avec le gouvernement, des chercheurs et dix partenaires de la chaîne de l’industrie agricole, laitière et carnée flamande.