Ministres de l'Agriculture : plus d'argent EU pour les investissements dans les zones rurales

Les ministres de l'Agriculture des pays EU ont appelé à un dialogue urbain-rural plus fort. S'exprimant lors d'une réunion informelle, le président slovène Jože Podgoršek a déclaré que les affrontements entre les gebieden urbains et les zones rurales devraient être évités grâce à la technologie et en améliorant les routes et les connexions.

Selon Podgorsek, il y avait un point de vue presque unanime selon lequel « une approche multidimensionnelle du développement rural est nécessaire, en utilisant non seulement les subventions agricoles EU, mais également le nouveau fonds de récupération corona et les fonds EU déjà existants.

Dans de nombreux pays EU, les milliards supplémentaires du fonds corona du deuxième pilier des subventions agricoles sont principalement utilisés pour la construction de nouvelles routes et voies ferrées, l'entretien différé, la construction de réseaux Internet et la rénovation des villages.
Les ministres ont principalement profité de leur session de brainstorming en Slovénie pour échanger de bonnes idées.

Les jeunes agriculteurs jouent un « rôle clé pour libérer le potentiel de la propriété rurale », selon le CEJA, l'Association européenne des jeunes agriculteurs. S'adressant aux ministres de l'agriculture, la présidente du CEJA, Diana Lenzi, a également évoqué le renforcement du dialogue entre les zones urbaines et rurales.

La vision à long terme du EU offre de nombreuses opportunités pour « relever les sérieux défis auxquels sont confrontées les communautés rurales », a déclaré l'association.

Le ministre espagnol Luis Planas a déclaré que la discussion ne devrait pas porter sur de l'argent "supplémentaire" pour la campagne, car le EU dispose déjà de ressources suffisantes qui peuvent être utilisées pour cela - comme la relance ou les fonds structurels déjà existants.

Planas a souligné que les zones rurales en Espagne couvrent environ 85% du territoire où vivent environ 20% de citoyens. La Pologne est aussi si vaste, mais là-bas plus de quarante pour cent de la population vit dans de petits villages ruraux.

Les obstacles et les défis auxquels sont confrontées les zones rurales "ne sont pas seulement espagnols, ils sont européens", a déclaré le ministre espagnol. Ce qu'il pense être nécessaire, ce sont des programmes spécifiques qui, en plus du PAC, indiquent ce que nous pouvons faire dans les domaines des infrastructures et des transports, de l'éducation et des services tels que le maintien des succursales bancaires ouvertes dans les petits villages.

Le deuxième jour de la réunion s'est déroulé en présence du commissaire européen à l'agriculture Janusz Wojciechowski.