Les propriétaires européens de voitures diesel présentent des demandes de dommages-intérêts à VW

Photo de Stefan Widua sur Unsplash

La fondation néerlandaise qui travaille sur l'indemnisation des propriétaires de Volkswagen pour le scandale du diesel étend son champ d'activité à toute l'Europe. La Diesel Emissions Justice Foundation (DEJF) a annoncé une revendication de masse européenne lors d'une conférence de presse à Bruxelles pour que Volkswagen compense la perte de valeur.

Aux Pays-Bas jusqu'à présent, environ 10 000 conducteurs de véhicules diesel VW concernés ont déposé une demande conjointe. Les Belges peuvent également s'inscrire à partir de mardi, et la France et l'Espagne suivront sous peu.

Le DEJF se concentre non seulement sur les propriétaires de voitures, mais aussi sur les sociétés de location et les sociétés. La fondation rassemble toutes les réclamations et est prête à engager des poursuites judiciaires dans tous les pays EU. Des experts et des avocats sont recrutés pour cela.

En Europe, 8,5 millions de `` tricheurs diesel '' des marques Volkswagen, Audi, Seat, Skoda et Porsche circulent, et en 2015, il a été constaté que les émissions d'azote dues aux `` logiciels de triche '' étaient beaucoup plus élevées que prévu. La valeur des moteurs diesel d'occasion a depuis fortement chuté, en partie parce que les réparations sont souvent inefficaces.

Le cœur de cette affirmation est que les voitures diesel sont devenues beaucoup moins précieuses lorsqu'elles sont échangées ou vendues, maintenant qu'il est connu qu'elles causent beaucoup plus de pollution atmosphérique. Des frais ont déjà été payés aux États-Unis et en Australie. En ce qui concerne l'Europe, la fondation des revendications du groupe Volkswagen «arrogant» n'a jusqu'à présent reçu que peu de réponses.

Selon l'avocat, de nombreux propriétaires de voitures ignorent jusqu'à présent les énormes dégâts qu'ils subissent avec leurs voitures diesel obsolètes.

La fondation s'est engagée à conclure un accord avec Volkswagen en vertu de la loi néerlandaise sur les dommages collectifs (WCAM), qui offre des possibilités d'indemnisation dans toute l'Europe, si le tribunal d'Amsterdam approuve.

La fondation travaille sur une base «no cure no pay» et, en cas de succès, exige environ un tiers du montant de l'indemnité versée.